Valse israelienne

Cliquez sur le triangle vert pour écouter la musique de cette partition

 

 

Morceau interprété par Patrick Cadeillan

 

 La valse israelienne est la musique de « Tumbalalaïka » , chanson du folklore juif ashkénaze russe, chantée en yiddish de  génération en génération, puis transmise en Israël à son tour.

 

Paroles 

 Shteyt a bokher, un er trakht (ou shteyt un trakht)

Trakht un trakht a gantse nakht

Vemen tzu nemen un nisht farshemen

Vemen tzu nemen un nisht farshemen

Refrain :

Tumbala, Tumbala, Tumbalalaika

Tumbala, Tumbala, Tumbalalaika

Tumbalalaika, shpil balalaika

Tumbalalaika (ou Shpil balalaika), freylekh zol zayn

Meydl, meydl, kh'vil bay dir fregn,

Vos ken vaksn, vaksn on regn?

Vos ken brenen un nit oyfhern?

Vos ken benken, veynen on trern?

Refrain

Narisher bokher, vos darfstu fregn?

A shteyn ken vaksn, vaksn on regn.

Libe ken brenen un nit oyfhern.

A harts ken benken, veynen on trern.

Refrain

Vos iz hekher fun a hoyz?

Vos iz flinker fun a moyz?

Vos iz tifer fun a kval?

Vos iz biter, biterer vi gal?

Refrain

A koymen iz hekher fun a hoyz.

A kats iz flinker fun a moyz.

Di Toyre iz tifer fun a kval.

Der toyt iz biter, biterer vi gal.

Refrain

 

Traduction :

Un jeune garçon se tenait debout, et il pensait

Pensait et pensait toute la nuit,

Qui prendre (= choisir) sans offenser

Qui prendre sans offenser

Refrain :

Résonne bala, résonne bala, résonne balalaika

Résonne bala, résonne bala, résonne balalaika

Résonne balalaika, joue la balalaika

Résonne balalaika, soyons heureux !

Jeune fille, jeune fille, je veux te demander

Qu’est-ce qui grandit sans pluie ?

Qu’est-ce qui peut brûler sans fin ?

Qu’est-ce qui peut languir et pleurer sans larme ?

Pauvre garçon, qu’as-tu à demander ?

Une pierre peut grandir, grandir sans pluie,

L’amour peut brûler sans finir

Un cœur peut languir et pleurer sans larme

Qu’est-ce qui est plus haut qu’une maison ?

Qu’est-ce qui est plus rapide qu’une souris ?

Qu’est-ce qui est plus profond qu’un puits ?

Qu’est-ce qui est amer, plus amer que la bile ?

Une cheminée est plus haute qu’une maison,

Un chat est plus rusé qu’une souris

La Torah est plus profonde qu’un puits

La mort est amère, plus amère que la bile

 

Après un grand succès en Israël, un couplet fut ajouté, en Hébreu:

Ma osé osé hekhalutz

Kshehou ba, hou ba lakibboutz

Ba lakibboutz rotsé le'ekhol

Ro'eh bakhoura shokhe'ah hakol

Traduction

Que fait le pionnier

Quand il arrive au kibboutz ?

Il a faim et veut manger,

Mais quand il voit une fille, il oublie tout !

 

Source : Wikipédia